MADAME DE GENLIS Sa Vie Intime et Politique 1746 1830 Ed. 1912 Napoleon

Jean Harmand

Editorial: Perrin, 1912
Condición: Bon Encuadernación de tapa blanda
Librería: CARIOU1 (Grenoble, Francia)

Librería en AbeBooks desde: 21 de febrero de 2011

Cantidad: 1

Comprar usado
Precio: EUR 95,00 Convertir moneda
Gastos de envío: EUR 9,00 De Francia a Estados Unidos de America Destinos, gastos y plazos de envío
Añadir al carrito

Descripción

MADAME DE GENLIS SA VIE INTIME ET POLITIQUE 1746-1830 Par Jean HARMAND EDITIONS LIBRAIRIE ACADEMIQUE PERRIN, 1912 BROCHE,XII + 557 PAGES ILLUSTRE DE 8 PLANCHES HORS-TEXTE Préface de Émile FAGUET Stéphanie Félicité du CREST de SAINT-AUBIN (1746-1830), née au château de Champcery à Issy l’Évêque près d’Autun et de vieille noblesse d’épée se retrouva dans une certaine gène à la mort de son père et fut recueillie par le financier LA POPELINIERE. D’un physique très agréable, jouissant d’ une excellente éducation et pratiquant les arts et la musique, elle fut reçu partout et épousa en 1763 un gentilhomme fortuné le Comte de GENLIS, Marquis de SILLERY dont elle prit le nom. Férue de pédagogie, de littérature et de philosophie des « Lumières » et devenue proche en 1772 de la famille d’ORLÉANS par sa liaison avec le Duc de CHARTRES, ( futur PHILIPPE EGALITE sous la Révolution, qui était le cousin de LOUIS XVI et de ses frères les Comte de PROVENCE et d’ARTOIS). Madame de GENLIS une femme, fut nommée gouverneur (précepteur) - ce qui était alors fort « moderne » et bien dans les idées nouvelles- des enfants du Duc de CHARTRES et notamment du futur LOUIS-PHILIPPE d’ORLÉANS enfant puis adolescent à la fin de l‘Ancien Régime. Ses méthodes pédagogiques étaient originales mais sans concession pour ses élèves. LOUIS-PHILIPPE raconta l’éducation spartiate qu’il avait reçu avec ses frères et sœurs de Madame de GENLIS tout en lui vouant une véritable adoration. D’abord favorable aux idées de la Révolution, Madame de GENLIS tint un brillant salon que fréquentèrent du Duc d’ORLÉANS bien sûr mais aussi le peintre DAVID, LAMETH, BARERE, BARNAVE. La Terreur venant, et avec elle l’exécution du Duc d’ORLÉANS et de son mari, elle émigra, parcourut l’Europe et revint, avec l’autorisation de BONAPARTE qui l’admirait, à Paris en 1801, ou elle écrivit de nombreux romans historiques alors fort à la mode et fréquenta Juliette RECAMIER, BERNARDIN de SAINT-PIERRE et Madame de STAËL sa rivale en littérature ( que NAPOLEON par contre ne pouvait pas souffrir ) . Elle correspondit aussi secrètement avec NAPOLEON ( sur la demande de celui-ci) pendant plusieurs années, lui envoyant régulièrement des lettres sans flatterie informant le Premier Consul puis l’Empereur de l’air du temps et de l’opinion de la société. Pensionnée et richement logée par NAPOLEON jusqu’en 1815, sa situation financière se dégrada sous la Restauration ou elle ne vécut que grâce à une pension du Duc d’ORLÉANS son ancien élève et aux droits d’auteur qu’elle tirait de ses romans et nouvelles. Ses volumineux Mémoires publiés de son vivant en 1825, sont parmi les plus célèbres et les plus attrayants du XVIII° siècle et du début du XIX° siècle. Elle y raconte avec talent son enfance, sa vie de femme, parle éducation et savoir vivre, évoque de multiples anecdotes jamais anodines sur la Cour sous l’Ancien Régime, les Salons qu‘elle anima ou fréquenta à diverses époques de l‘Ancien Régime à l‘Empire, la vie littéraire, et peint les portraits de ROUSSEAU, d’ALEMBERT, VOLTAIRE, LA HARPE, MARMONTEL, RAYNAL, BUFFON ou du Fermier Général LA POPELINIERE, tous philosophes et littérateurs du « Siècle des Lumières », « intellectuels » -avant la lettre- de la fin de l’Ancien Régime ayant ouvert la voie aux idées révolutionnaires. Madame de GENLIS, femme de lettre à la vie riche et mouvementée, brosse un tableau extrêmement vivant de la société d’Ancien Régime sous LOUIS XV et LOUIS XVI, de la société des premières années de la Révolution et de l‘émigration en Angleterre, de l’époque du Consulat et de l’Empire ou abondent des portraits de personnages aussi célèbres que TALLEYRAND, Madame DU DEFFAND, Madame DU BARRY, on y trouve des analyses très fines sur les rituels mondains, les marques de distinctions sociales, l’art de la conversation, les fêtes, etc. Madame de GENLIS mourut à Paris le 31 décembre 1830 après avoir vu son ancien « élève » LOUIS PHILIPPE, qui lui avait voué depuis son enfance une véritable dévot. N° de ref. de la librería ABE-18326369975

Hacer una pregunta a la librería

Detalles bibliográficos

Título: MADAME DE GENLIS Sa Vie Intime et Politique ...

Editorial: Perrin

Año de publicación: 1912

Encuadernación: Couverture souple

Condición del libro:Bon

Edición: Edition originale

Descripción de la librería

Vente de livres et objets de collection sur Internet

Ver la página web de la librería

Condiciones de venta:

Vente Livres et Objets de Collection sur Internet
Cariou1 -
cariou1@aol.com

Bernard Cariou
7 rue du Pont Saint Jaime
38000 Grenoble - France
tel : 0476440494
RCS 433 214 418 Grenoble

Delai de retractation de 7 jours, conformement a la legislation sur la vente a distance.

Condiciones de envío:

Les frais de port sont calculés sur la base d'un livre = un kilo. Au cas où livres commandés seraient particulièrement lourds ou imposants, vous serez informé que des frais de transports supplémentaires sont nécessaires.

Todos los libros de esta librería

Métodos de pago
aceptados por la librería

Visa Mastercard American Express Carte Bleue

Cheque Giro Postal Dinero en Efectivo PayPal Transferencia Bancaria